MON BISON

« La première fois que je l’ai vu, c’était le printemps. J’étais dans les herbes hautes, je ne voyais pas grand chose du haut de mes quatre ans. »

Une petite fille et un bison s’apprivoisent. Un matin de printemps, le bison doit rejoindre ses pairs, mais il promet à l’enfant de venir la retrouver chaque hiver. Et chaque hiver, les voilà à discuter près du feu, à se raconter des aventures, à ne rien dire. L’amitié grandit, la tendresse s’installe, les années passent et le bison et la femme ne se voient pas vieillir, et pourtant, chacun arrive peu à peu au terme de son existence.

ean 9782352894001. 15 €
Impression en quadrichromie. 36 pages. 19 x 26,9 cm.
Septembre 2018. Editions Memo

{

Chaque jour, je me rapprochais, je l’apprivoisais.

J’ai été très patiente et un matin, il m’a semblé

l’entendre me murmurer :

« Approche ! »

EN ANIMATION

prix 

Prix Jérome Main 2019
Prix Libbylit 2018 dans la catégorie Album belge
Sélection du concours La Petite Fureur 2019-2020
Prix de la Première œuvre en Littérature jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2019.

{

Parfois, il ne disait rien.

J’aimais son silence.

Dessins originaux

Revue de presse

Simon Roguet et Véronique Martin vous parlent de Mon bison dans Onlikoinou, l’émission de littérature jeunesse de l’Autre radio au mois de décembre 2018.

Lisa Bienvenu parle de Mon bison dans l’épisode 155 de Plumes de brigands.

Avec une délicatesse aussi sûre dans le trait que dans les mots, Gaya Wisniewski signe un premier album éblouissant.

Le Monde des Livres

Force graphique et puissance poétique pour un singulier premier album

Le blog de Sophie Van der Linden

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Mon Bison est une première œuvre. Et c’est une merveille.

Culturopoing.com

 Vraiment, « Mon bison » est un premier album d’exception, qui enchante et nourrit, d’une merveilleuse richesse sous son apparente simplicité.

Lu cie & co

Dans la splendeur des illustrations aux traits feutrés du fusain
Dans le charme touchant des sépias si éloquentes, si poignantes
Dans le mystère du gris-noir qui met en valeur la lumière intérieure
Dans la quiétude des bleus délavés à l’intensité changeante
Dans le blanc des silences et du recueillement
Dans sa manière de toucher l’imperceptible, de dire l’indicible

Balad'en page

{

J’aimais écouter le bruit de ses pas dans la neige poudreuse.

J’aimais cette goutte gelée au bout de son museau.

J’aimais sa respiration.

Simplement je l’aimais tout entier.

Croquis et inspirations

Crédit photos : Pinterest

Gaya Wisniewski - Illustratrice - Tous droits réservés - Mentions légales - Politique de confidentialité - Site créé par EMOZ studio